DécouverteDéveloppement personnelIkigaiSérieux, ça sert à quoi l’Ikigai ?

18 juin 2019by Betty0

Dans la famille développement personnel, après le cousin mexicain – les accords toltèques, la grande tante californienne – the positive thinking et le tonton à l’est – Osho, je demande le neveu japonais : l’Ikigai.

 

Nouvelle marotte du moment ou véritable révolution venue du pays du soleil levant ?

En fait, ni l’un, ni l’autre.

L’Ikigai est un ancien concept qui se traduit par un délicat mélange entre raison d’être et joie de vivre. Raison d’être! Tout de suite, les grands mots ! Dans une société aussi obnubilée par la recherche de sens que le dernier botox à la mode, aussi fascinée par le Dalaï Lama que KK alias Kim K ou envoutée par le shitake bio que le latte frapadingue über-sucré, le soupçon s’installe : est-ce bien honnête tout cela… ? Que peuvent vraiment nous apporter ces 4 cercles ?

Rien que du positif et de belles découvertes. Promis.

 

Notre monde aime les angles bien droits et le côté carré : nous vivons dans des boites, nous prenons des boites à roulettes pour aller travailler dans notre boite pour terminer le soir, devant une boite à images ou en boite… Alors, un peu de rondeur apporte de la douceur (phrase aussi utilisée pendant l’essai du maillot de bain… L’Ikigai est universel et puissant).

De la douceur, certes, mais aussi :

plus de clarté,

une reconnexion à nos envies profondes,

un boost de motivation,

quelques papillons dans le ventre (rien à voir avec la faim),

une nouvelle perspective sur notre travail, notre place dans la société,

et surtout sur nous-même.

 

Et pour découvrir tous ces trésors, tel un Samouraï vaillant, nous attaquons l’Ikigai, cercle par cercle.

La technique imbattable du combat : les questions.

Certaines peuvent sembler crétines (« qu’est-ce que j’aime ? » Ben, le chocolat et alors ?!? Cela va me trouver un nouveau job ?!), prétentieuses à souhait (« quelle est ma contribution dans le monde ? » Ah, celle-là, ce doit être Kim K qui l’a écrite, non ? ) ou déroutantes (« comment pourrai-je me faire payer ? » Quand nous préférons plutôt avoir la réponse à « combien vais-je être payée ?… »).

Et pourtant, toutes ces questions auront leur raison d’être, elles aussi, et demanderont du courage et une bonne dose de lâcher-prise pour y répondre correctement car au-delà de sa simplicité apparente, l’Ikigai est un véritable guide d’introspection et un beau voyage personnel à entreprendre.

 

Alors ganbatte ! (Bon courage et fais de ton mieux, en japonais)

Et surtout, amusez-vous bien.

Betty

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

https://fire-up.ch/wp-content/uploads/2019/03/Capture-décran-2019-03-14-09.43.31-160x160.png

Visit us on social networks:

Visit us on social networks:

To directly contact us

Lausanne-Geneva